Forum consacré à la Nature & aux espèces animales en danger
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le dragon de Komodo

Aller en bas 
AuteurMessage
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 17:53

Le dragon de Komodo (Varanus komodoensis) est une espèce de varan qui se rencontre dans les îles de Komodo, Rinca, Florès, Gili Motang et Gili Dasami, en Indonésie centrale. Membre de la famille des varanidés, il est la plus grande espèce vivante de lézard avec une longueur moyenne de 2 à 3 mètres et un poids d'environ 70 kg. Sa taille inhabituelle est attribuée au gigantisme insulaire, car il n'y a pas d'autres animaux carnivores pour occuper la niche sur les îles où il vit et aussi à son faible besoin d'énergie. En raison de leur taille, ces varans, avec l'aide de bactéries symbiotiques, dominent les écosystèmes dans lesquels ils vivent. Bien que les dragons de Komodo mangent surtout des charognes, ils se nourrissent aussi de proies qu'ils chassent comme des invertébrés, des oiseaux et des mammifères.

L'accouplement a lieu entre mai et juin et les œufs sont pondus en septembre. Une vingtaine d'œufs sont déposés dans des nids abandonnés de mégapodes et sont incubés pendant sept à huit mois. L'éclosion a lieu en avril, quand les insectes sont les plus abondants. Les jeunes dragons de Komodo sont vulnérables et doivent donc se réfugier dans les arbres, à l'abri des adultes cannibales. Il leur faut environ trois à cinq ans pour arriver à l'âge adulte et ils peuvent vivre jusqu'à cinquante ans. Ils sont parmi les rares vertébrés capables de parthénogenèse, mode de reproduction dans lequel les femelles peuvent pondre des œufs viables alors que les mâles sont absents. Toutefois la parthénogenèse se retrouve chez d'autres lézards.

Les dragons de Komodo ont été découverts par les scientifiques occidentaux en 1910. Leur grande taille et leur réputation redoutable les a rendus populaires dans les zoos. Dans la nature, leur aire de répartition a été réduite en raison des activités humaines et ils sont considérés comme vulnérables par l'UICN. Ils sont protégés par la loi indonésienne, et un parc national, le parc national de Komodo, a été fondé pour aider à leur protection.

Source : Wikipédia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 17:55

L'évolution :
L'évolution du dragon de Komodo a commencé avec l'apparition des premiers varans en Asie il y a environ 40 millions d'années, varans qui ont émigré vers l'Australie. Il y a environ 15 millions d'années, une collision entre l'Australie et l'Asie du Sud-Est a permis aux varans de passer dans ce qui est aujourd'hui l'archipel indonésien. On pense que le dragon de Komodo est apparu il y a 4 millions d'années, se différenciant de ses ancêtres australiens et élargissant son territoire jusqu'à l'île de Timor à l'est. Une baisse importante du niveau de la mer au cours de la dernière période glaciaire a découvert de vastes étendues du plateau continental que le dragon de Komodo a colonisé, puis il s'est retrouvé isolé dans son île lorsque le niveau de la mer a remonté.

Description :
Dans la nature, un dragon de Komodo adulte pèse habituellement autour de 70 kg, bien que les spécimens en captivité soient souvent plus lourds. Le plus grand spécimen sauvage contrôlé faisait 3,13 mètres de long et pesait 166 kg, y compris avec les aliments non digérés. Il est de couleur vert foncé, gris ou noir ce qui lui permet d'être discret et de pouvoir attraper ses proies par surprise. Le dragon de Komodo a une queue aussi longue que son corps, ainsi que près de 60 dents cannelées qui tombent et sont fréquemment remplacées qui peuvent mesurer jusqu'à 2,5 cm de longueur. Sa salive est souvent teintée de sang, parce que ses dents sont presque entièrement couvertes par les tissus gingivaux qui sont naturellement déchirés pendant que l'animal mange. Cela crée un milieu de culture idéal pour les souches virulentes de bactéries qui vivent dans sa bouche. Il a également une longue langue jaune profondément fourchue. Ses pattes se terminent par de longues griffes courbes.

Source : Wikipédia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 18:00

Sens :
Le dragon de Komodo ne dispose pas d'un sens particulièrement aigu de l'ouie, en dépit de ses conduits auditifs bien visibles et est seulement en mesure d'entendre les sons entre 400 et 2000 hertz. On pensait même qu'il était sourd après qu'une étude sur le sujet a montré qu'il n'avait aucune réaction à la voix murmurée, à la voix posée ou à la voix criée. Cette théorie fut mise à mal lorsqu'un employé du jardin zoologique de Londres, Joan Proctor, dressa un spécimen du parc à sortir pour se nourrir au son de sa voix, même quand il ne pouvait pas le voir.

Il est capable de voir jusqu'à 300 mètres, mais parce que ses rétines ne contiennent que des cônes, on pense qu'il doit avoir une mauvaise vision de nuit. Le dragon de Komodo est en mesure de voir en couleur, mais il a une pauvre discrimination visuelle des objets immobiles.

Le dragon de Komodo utilise sa langue pour détecter les stimuli gustatifs et olfactifs, comme beaucoup d'autres reptiles, avec l'organe voméro-nasal ou organe de Jacobson, un sens qui l'aiderait à se déplacer dans l'obscurité. Avec l'aide d'un vent favorable et son balancement de tête d'un côté à l'autre lorsqu'il marche, le dragon de Komodo est en mesure de détecter des charognes situées jusqu'à 4 et même 9,5 kilomètres de distance.

Ses narines ne lui sont pas d'une grande utilité pour analyser les odeurs car l'animal n'a pas de diaphragme pour contrôler sa respiration et ainsi pouvoir reconnaitre avec précision les odeurs.

Il ne dispose que de peu de papilles gustatives au fond de sa gorge.

Ses écailles, qui sont ossifiées possèdent pour certaines des plaques sensorielles connectées à des nerfs pour faciliter son sens du toucher. Les écailles autour des oreilles, des lèvres, du menton, et de la plante des pattes peuvent avoir trois fois plus de plaques sensorielles.

Ecologie :
Le dragon de Komodo apprécie les lieux chauds et secs et vit en général dans des zones de prairies, de savanes ou de forêts tropicales à basse altitude. En tant qu'animal poïkilotherme, il est plus actif dans la journée, même s'il présente une certaine activité nocturne. Il est très souvent solitaire, se rapprochant des autres seulement pour s'accoupler et manger. Il peut courir jusqu'à 20 km/h sur de courtes distances, plonger jusqu'à 4,5 mètres de profondeur, grimper dans les arbres lorsqu'il est jeune en utilisant ses griffes puissantes. Pour attraper des proies hors de portée, il peut se dresser sur ses pattes arrière en utilisant sa queue comme point d'appui. Lorsque le dragon de Komodo arrive à l'âge adulte, il utilise les griffes de ses pattes antérieures afin de creuser des galeries qui peuvent atteindre 1,3 mètre de large. En raison de sa grande taille et de son habitude de dormir sous terre, il est capable de conserver la chaleur de son corps tout au long de la nuit et de minimiser sa période de réchauffement matinale. Le dragon de Komodo chasse généralement l'après-midi, mais reste à l'ombre dans les racines traçantes d'un arbre pendant les heures les plus chaudes de la journée. Ses lieux de repos sont généralement situés sur des corniches balayées par une brise de mer fraiche, marquées par ses déjections et débarrassées de toute végétation. Elles servent également d'emplacement stratégique, à partir duquel ils peuvent tendre une embuscade à un cerf.

Source : Wikipédia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 18:04

Régime alimentaire :
Les dragons de Komodo sont carnivores. Les adultes, bien qu'ils se nourrissent essentiellement de charognes, peuvent également le faire de proies vivantes dont ils s'approchent furtivement. Lorsqu'ils sont arrivés à proximité de leur proie, ils attaquent soudainement et vont la mordre au ventre ou à la gorge ou, si elle n'est pas de trop grande taille, lui casser la colonne vertébrale d'un coup de gueule. Ils sont en mesure de localiser leurs proies en utilisant leur sens de l'odorat très développé qui leur permet de localiser un animal mort ou mourant à une distance de près de 10 kilomètres. On a vu des dragons de Komodo assommer des cerfs ou des porcs d'un coup de queue.

Les dragons de Komodo mangent en déchirant de grands morceaux de chair de leur proie et avalent le morceau tout en maintenant la carcasse avec leurs pattes avants. Pour de plus petites proies -jusqu'à la taille d'une chèvre-, leurs mâchoires à articulation lâche, leur crâne souple et leur estomac extensible leur permettent d'avaler si besoin leur proie tout entière. Ils évitent de consommer les végétaux contenus dans l'estomac et les intestins de leur proie. Ils produisent une grande quantité de salive rouge qui leur permet de lubrifier leur nourriture, mais la déglutition est toujours un processus long (il leur faut 15 à 20 minutes pour avaler une chèvre). Ils peuvent essayer d'accélérer le processus en appuyant la carcasse contre un arbre pour la forcer à s'enfoncer dans leur gorge, poussant parfois avec tellement de force que l'arbre est renversé. Il faut savoir que pour éviter de s'étouffer en avalant leur proie, ils respirent à l'aide d'un conduit placé sous la langue et allant aux poumons. Après avoir mangé jusqu'à 80 pour cent de leur propre poids en un repas, ils s'installent à un endroit ensoleillé pour accélérer la digestion, pour éviter que la nourriture pourrisse et les empoisonne. En raison de leur métabolisme lent, les grands dragons peuvent survivre en ne faisant que 12 repas par an. Après avoir fini de digérer, les dragons de Komodo régurgitent les cornes, poils et dents de leurs proies (bézoard) entourés d'un mucus malodorant. Après avoir régurgité leur bézoard, ils se frottent la gueule dans la terre ou sur les buissons environnants pour se débarrasser du mucus, ce qui donne à penser que, comme les humains, ils n'apprécient pas l'odeur de leurs propres déjections.

Les plus gros animaux mangent généralement en premier tandis que les plus petits suivent dans un ordre hiérarchique. Le plus grand des mâles affirme sa position dominante et les subalternes montrent leur soumission par l'usage de signes corporels, de sifflements et de grondements. Les dragons de taille égale peuvent avoir recours à la "lutte". Généralement les perdants battent en retraite mais ils peuvent aussi être tués et mangés par les vainqueurs.

Le dragon de Komodo a un régime alimentaire très varié, qui comprend des invertébrés, d'autres reptiles (y compris des petits dragons de Komodo), des oiseaux, des œufs d'oiseaux, de petits mammifères, des singes, des sangliers, des chèvres, des cerfs, des chevaux et des buffles. Les jeunes dragons mangent des insectes, des œufs, des geckos et de petits mammifères. Parfois, ils s'attaquent à l'homme (surtout aux enfants qui vivent à proximité et oublient le danger) et aux cadavres humains en creusant les tombes pour les déterrer. Cette habitude de s'attaquer aux morts a obligé les villageois de Komodo à déplacer leurs tombes des sols sablonneux vers des sols argileux et en les couvrant de tas de pierres pour dissuader les dragons de creuser. Le dragon de Komodo pourrait avoir évolué vers le gigantisme pour se nourrir de l'éléphant nain local, le Stégodon aujourd'hui disparu qui vivait sur l'île de Flores il y a encore 12 000 ans, selon le biologiste évolutionniste Jared Diamond. Le dragon de Komodo a également été observé surveillant les biches parturiantes dans l'espoir de récupérer les restes qu'ils pourront manger, une technique qui a également été observée chez les grands prédateurs d'Afrique.

Parce que le dragon de Komodo ne dispose pas de diaphragme, il ne peut pas aspirer l'eau pour la boire ni la lapper avec sa langue. Il est obligé de stocker une gorgée d'eau dans sa gueule puis de lever la tête pour laisser couler l'eau dans sa gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 18:07

Venin et bactéries :
À la fin de 2005, des chercheurs de l'université de Melbourne sont arrivés à la conclusion que le varan Perenti (Varanus giganteus), d'autres espèces de varans et certains Agamidae pouvaient être légèrement venimeux. L'équipe de chercheurs a montré que les effets immédiats des morsures de ces reptiles étaient causés par une légère envenimation. On a observé les effets des morsures de doigts humains par un varan bigarré (V. varius), un dragon de Komodo et un Varanus scalariset on a obtenu des symptômes similaires dans les trois cas : œdème rapide du bras, perturbation locale de la coagulation du sang, douleur remontant au coude, certains symptômes durant plusieurs heures. On suppose que tous les reptiles venimeux ou non incluant les serpents ont en commun un ancêtre venimeux.

Les dragons de Komodo possèdent également des bactéries virulentes dans leur salive, dont plus de 28 souches gram-négatif et 29 Gram-positif ont été isolées. Ces bactéries provoquent une septicémie chez leur victime, si une première morsure ne la tue pas et si la proie s'échappe, qui aboutira au décès de l'animal en moins d'une semaine à la suite d'une infection généralisée. La bactérie la plus nocive dans la salive du dragon de Komodo semble être, à partir d'études faites sur des souris de laboratoire, une souche très pathogène de Pasteurella multocida. Il n'existe pas d'antidote spécifique à la morsure d'un dragon de Komodo, mais on peut généralement traiter la plaie par nettoyage de la zone blessée et par administration de fortes doses d'antibiotiques. Si elle n'est pas traitée rapidement, la nécrose peut rapidement se développer autour de la morsure, pouvant nécessiter l'amputation de la zone touchée. Parce que le dragon de Komodo semble à l'abri de ses propres microbes, beaucoup de recherches ont été faites sur la ou les molécules antibactériennes possédées par l'animal dans l'espoir d'une utilisation médicale.

Reproduction :
L'accouplement se produit entre mai et août et les œufs sont pondus en septembre. Au cours de cette période, les mâles luttent les uns contre les autres pour la conquête des femelles et d'un territoire en se dressant sur leurs pattes postérieure puis en maintenant le perdant au sol. Les mâles peuvent vomir ou déféquer lors de leur préparation au combat. Le vainqueur de la lutte ira alors lécher la femelle de sa longue langue pour obtenir des informations sur sa réceptivité. Les femelles sont opposantes et résistent avec leurs griffes et leurs dents au cours des premières phases de la cour. Par conséquent, le mâle doit bien enserrer la femelle pendant le coït pour éviter d'être blessé. Une autre méthode de cour consiste pour le mâle à frotter son menton sur la femelle, à lui gratter fortement le dos et à la lécher. La copulation se produit lorsque le mâle insère l'un de ses hémipénis dans le cloaque de la femelle. Les dragons de Komodo sont monogames et forment des couples, un comportement rare pour les reptiles.


Sur cette image, on voit bien la longue queue et les griffes du dragon de Komodo. La femelle pond ses œufs dans des terriers à flanc de colline ou dans les nids abandonnés de mégapodes de Reinwardt avec une préférence pour la seconde méthode. Les portées contiennent une moyenne de 20 œufs qui ont une période d'incubation de 7 à 8 mois. La femelle se trouve sur les œufs pour les couver et les protéger jusqu'à ce qu'ils éclosent vers le mois d'avril, à la fin de la saison des pluies, lorsque les insectes sont nombreux. L'éclosion est un effort épuisant pour les jeunes qui sortent de leur coquille en la perçant avec leur diamant (une petite excroissance pointue sur le museau qui disparaît peu après). Après avoir cassé leur coquille, les nouveau-nés doivent se reposer pendant des heures avant de sortir du nid. Les nouveau-nés sont sans défense et nombreux sont ceux qui sont mangés par des prédateurs.

Les jeunes dragons de Komodo passent une grande partie de leurs premières années dans les arbres, où ils sont relativement à l'abri des prédateurs, y compris des adultes cannibales, pour qui les jeunes dragons représentent 10% de leur alimentation. Selon David Attenborough, l'habitude de cannibalisme peut être avantageuse dans le maintien de la grande taille des adultes. Quand les jeunes sont menacés par un adulte, ils s'enduisent de matières fécales ou se cachent dans des intestins d'animaux éviscérés afin de se protéger. Il faut environ trois à cinq ans aux dragons de Komodo pour arriver à maturité, et ils peuvent vivre jusqu'à 50 ans.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Satine
Fondateur
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 18
Localisation : Nord/Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Dim 25 Juil - 18:17

Photo :
Voilà enfin les fameuses photos !






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia.forumgratuit.org
Takana
Admin
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 20

MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   Ven 13 Aoû - 11:00

J'aime les reptiles ! *-*
Je le trouve assez beau . ^^ Surtout sur la dernière photo, on distingue plus de couleur, alors qu'adulte il est gris. ^^"

_________________




Est mariée avec -M4GiiC- sur Blablaland.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dragon de Komodo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dragon de Komodo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» persicaria red dragon
» Dionaea muscipula 'Akai Ryu' syn. 'Red Dragon'
» Globba alba 'White Dragon'
» Dimocarpus longan (Longane, oeil de dragon)
» Piment Thaï Dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Gaïa :: Animaux sauvages en péril ! :: Les Reptiles-
Sauter vers: